Justice pour les Chrétiens d’Orient !

Publié le

Conférence du 14 juin  : "Quelle justice pénale pour les Chrétiens d’Orient ?"

La 4e conférence de la commission ouverte Paris-Arménie du Barreau de Paris organisée par Vincent Nioré et Sévag Torossian, s’est déroulée le 14 juin 2017 à la Maison du Barreau.

« Quelle justice pénale pour les Chrétiens d’Orient ? » C’est autour de ce thème que sont intervenus d’éminents avocats et spécialistes en présence du Vice-Bâtonnier, Dominique Attias.

Patrick Karam, Vice-Président du Conseil Régional d’Ile-de-France et Président de la CHREDO (Coordination des Chrétiens d’Orient en Danger) a présenté un état des lieux concret de la situation des minorités persécutées en Orient, les enjeux géopolitiques et les procédures en cours incriminant Daech auprès des instances internationales telles que la Cour Pénale Internationale.

EliseBoghossian, acupunctrice, Présidente de l’ONG EliseCare, a livré un témoignage poignant. Elle a partagé son expérience du terrain notamment dans les zones de guerre en Irak et en Syrie en évoquant les traumatismes irréparables des enfants et des femmes Chrétiennes et Yezidis victimes des pires sévices.

Le Professeur agrégé Didier Rebut s’est interrogé sur la compétence juridictionnelle de la Cour pénale internationale, ainsi que des juridictions nationales, pour juger de crimes commis sur les territoires concernés. . Il a souligné la difficulté de l’apport de preuves dans le cadre de l’ouverture d’une enquête.

David Lévy, Avocat au Barreau de Paris, s’est livré à un examen technique des incriminations qui pourraient être visées, la Cour pénale internationale ayant pour vocation de juger les crimes les plus graves, à savoir les crimes contre l’humanité, génocide et crimes de guerre. Il s’est aussi interrogé sur la nature juridique des victimes, à savoir si les « Chrétiens d’Orient » pouvaient être considérés comme un groupe visé par les textes.

La destruction des biens culturels a été développée par Anne-Sophie Nardon, Avocat au Barreau de Paris, experte en droit de l’art. Elle a souligné le consensus qui entoure les questions relatives à la destruction du patrimoine culturel et religieux pouvant être une approche inédite de la quête de justice.

Enfin Sévag Torossian, Avocat au Barreau de Paris, a conclu les travaux autour d’une question épineuse : vers le procès de Daech ? La Cour pénale internationale parait aujourd’hui incompétente pour juger de crimes commis sur les territoires de Syrie et d’Irak, sauf saisine par le Conseil de sécurité de l’ONU, bloqué par le véto de la Chine et de la Russie. Mais en réalité, un « procès pragmatique » a déjà commencé sous une autre forme que les « procès symboliques » du vingtième siècle, à savoir les racines financières, le gel des avoirs et le listing de toutes les personnes et entités liées à Daech, en application de la résolution 2253 de 2015.

La soirée a été animée par Vincent Nioré, Avocat au Barreau de Paris, ancien Membre du Conseil de l’Ordre, qui a salué la qualité des interventions et conclu, après avoir donné la parole au public, en émettant le vœu que le gouvernement français se saisisse de cette question de la défense des minorités chrétiennes en Orient.

Sources : http://armenews.com

Retrouvez les extraits vidéos ci-dessous :

Publié dans Chrétiens d'Orient

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article